Dirk Braeckman au Pavillon belge à la

Biennale de Venise

13.05.2017 - 26.11.2017

Les photos en noir et blanc de Dirk Braeckman respirent l’apaisement. Au-delà de leur monumentalisme, elles montrent des lieux et des histoires anonymes. En 2017, l’artiste représente notre pays à la 57e Biennale de Venise, avec la commissaire Eva Wittocx. Ses nouvelles œuvres viendront ensuite au M et à Bozar. Un beau moment pour la photographie belge, et un jalon dans la carrière de l’artiste!

Nouvelles créations pour le Pavillon belge à Venise

Dirk Braeckman passe actuellement une bonne partie de son temps dans son atelier à Gand. Là, il travaille sur une série de tirages sur papier baryte qui seront exposés à Venise. Les tirages analogiques uniques sont notamment produits à partir de négatifs provenant des archives de Braeckman, l’artiste réalisant parfois plusieurs images à partir d’un même négatif. L’exposition met l’accent sur les images en nuances de gris créées par Braeckman dans sa chambre noire.

Les nouvelles images de Dirk définissent de nouvelles orientations dans son œuvre. L’exposition au Pavillon belge en devient un périlleux exercice d’équilibre pour, d’une part, proposer une exposition autonome et intéressante se suffisant à elle-même, et d’autre part, présenter son œuvre à de nouveaux publics. Eva Wittocx, Commissaire d'exposition au Pavillon belge

Une oasis de paix dans un torrent d’images et d’informations

L’œuvre de Braeckman apporte un apaisement au milieu du torrent d’images et d’informations dans lequel nous sommes quotidiennement plongés. Avec la photographie analogique, l’artiste a trouvé à la fin des années 1980 un language personnel qui affûte le regard et fait réfléchir au statut de l’image. Braeckman explore les frontières de sa technique et défie les conventions photographiques, par exemple en rephotographiant des images existantes. La réflexion du flash sur l’image, les murs, les rideaux, les tapis et les posters en révèle la surface et la texture.

Les images de Braeckman montrent des objets anonymes de son environnement direct. Débarrassés de toute anecdote, ils suggèrent uniquement des histoires ouvertes. Dans le travail photographique de Braeckman, intimité et distance sont indissociables. Cela se traduit par un univers fermé, isolé, dont le sens reste ouvert.

Dans mon travail récent, je tente d’apporter une résponse au foisonnement et à la turpitude d’images auxquels nous sommes quotidiennement exposés. Au cœur de mon processus de création ainsi que de l’image, il y a une certaine lenteur et une résistance. Pas de photos en série ni d’images identifiables au premier coup d’œil, mais des visuels forts qui ne se livrent pas d’emblée et dont le sens émerge du dialogue avec le public. Dirk Braeckman

Experimentation dans la chambre noire

Les images de Dirk Braeckman sortent de sa chambre noire. L’expérimentation est l’axe central tant de la prise de vue que du traitement des images. En exposant, manipulant et travaillant les négatifs et le papier argentique, l’artiste fait chaque fois émerger de nouvelles images uniques. Le grain, les taches, les découpes et les écrasements de perspective qui en résultent empêchent une lecture et une interprétation directes de son travail. Les sur- et sous-expositions ainsi que le travail en nuances de gris renforcent le caractère iconique de son travail. 

Dirk Braeckman

Dirk Braeckman

Bio

Dirk Braeckman

Bio

Dirk Braeckman (1958) suit depuis 25 ans un impressionnant parcours en constante progression. En tant que photographe, il a réussi à se créer une place et une position très particulière dans les arts visuels.  Il a participé à de nombreuses expositions en Belgique et à l’étranger, notamment à des expositions individuelles à l'espace LE BAL (Paris), De Pont (Tilburg), De Appel (Amsterdam), S.M.A.K. (Gand) et ROSEGALLERY (Santa Monica, CA). En Belgique, son travail a récemment été exposé à BOZAR à Bruxelles (2013), au Musée M de Louvain (2011) et à la Zeno X Gallery à Anvers (2015). On trouve des œuvres de Dirk Braeckman dans d’importantes collections publiques et privées du monde entier, dont le FRAC Nord-Pas de Calais (Dunkerque), Sammlung Goetz (München), De Pont (Tilburg), la Fondation Nationale d’Art Contemporain (Paris), le Centraal Museum (Utrecht) et le Musée d’Art Contemporain et Moderne (Strasbourg). Plusieurs ouvrages consacrés à sa pratique artistique et à son œuvre ont été publiés.